Carnages chez Cranach (2- bât l'eau)

Publié le par ap

(Lucas Cranach)

« Après avoir épuisé ses ruses, l'animal est gagné par la fatigue. Il est malmené, sa silhouette s'affaisse, il porte la hotte, tire la langue, ses membres raidissent; il est sur ses fins. »  Souvenir du Duc de Brissac (*)

 

Malgré l’apparent désordre, amplifié par les courbes distendues du paysages, où s’agitent en tous sens personnages et animaux, on peut remarquer que le sens de lecture de ces tableaux est tout de même organisé, du haut vers le bas, décrivant chronologiquement, par lacets entrecroisés, le déroulement de la chasse : la levée du gibier dans les bois, par les cavaliers et la meute de chiens, la course pour l’épuiser, la traque pour l’amener jusqu’au plan d’eau et l’embuscade tendue de l’autre côté de la rive au plus proche de nous.

On observera aussi, dans cette série de tableaux, la hiérarchie des figures, leur emplacement (centrées/excentrées), les costumes (et les coutumes, comme l’importance d'un cheval blanc)… Dans cette profusion de détails, les Cranach se sont employés à restituer la perception chaotique de l’évènement, tout en respectant les conventions et les codes du rituel.

Deux éléments semblent cependant rompre avec la tradition de la représentation du moyen-âge. D’une part la chasse au cerf était exclusivement représentée en forêt profonde alors qu’ici il parait évident que l’issue s’appuie sur l’obstacle liquide, sorte de barrière naturelle qui ralentit la course et permet aux archets embusqués d’ajuster leurs cibles. D’autre part la profusion des cerfs chassés donnent l'impression d'un carnage.

[...]

Publié dans peinture

Commenter cet article

dissertation 29/12/2010 06:42



I have been visiting various blogs for my masters dissertation writing assignment research. I have found your blog to be quite useful. Keep updating your blog with valuable information... Regards



Gilbert Pinna, le blog graphique 10/12/2009 18:13


Ce qui frappe, en effet,  c'est le caractère tumultueux et tourbillonnnant des eaux des rivières dans lesquelles se noient les cerfs...comme si une colère profonde, venue des entrailles
terrestres, se devait de déchirer les clairières pour favoriser la mise à mort du gibier. Les cerfs sont dans l'épouvante alors que les chiens de la meute semblent flotter par
dessus le courant. A l'évidence, bien des projections et bien des fantasmes relatifs au débridement des pulsions souterraines  s'expriment sans réserve dans ces scènes de chasse...