cliché 42

Publié le par ap


54 /

"Il n'avait pas fini sa phrase que La Pérouse s'embarquait, levait l'encre, hissait les voiles et cinglait vers le large, poussé par les alizés, bonne marche, fière allure, la poudre et les armes à l'abri dans la cale avant, les tonneaux solidement arrimés, les ballots recouverts de toile goudronnée, les rouleaux de cordage très exactement comme des pythons ou des boas lovés sur le pont, les cris des mouettes..." écrit Eric Chevillard dans "Les absences du capitaine Cook".

Les enfants s'étaient réfugiés sur le pont arrière, sous le pavillon qui claquait au vent, dans la brise du large, masquant à peine les relents de rouille humide qui cloquaient comme des abcès sous la couche de peinture, suintant en filets rougeâtres. Elle debout, mimant fascinée le vol des grands oiseaux blancs qui se laissaient planer dans le sillage du navire, lui assis dans le cercle des cordages, tête dans les genoux, visiblement endormi…

Publié dans notes sur clichés

Commenter cet article