Propos d'une autre nature

Publié le par ap



Michel Foissey m’avait prévenu, par mail, de l’envoi de sa revue. Elle est là, posée sur la table avec, sur les couvertures, deux de mes lavis datant de 1996.


J’ai donc passé une bonne partie de l’après midi à feuilleter les pages, à lire différents textes et à regarder les photographies en noir et blanc de Anne Bénarouche. Etrangement je ne me suis pas, ou peu, attardé, sur le cahier de mes propres peintures, même si j’en ai apprécié la distribution dans les pages de la revue et le vis-à-vis qu’a choisi Michel.



L’article qui a retenu ma plus grande attention est sans doute celui de Cécile Graindorge : cinq trajets dans la proche banlieue de Paris lui donne l’occasion d’arpenter et de noter (de relever) quelques uns des fragments qui constituent ce paysage citadin.

 

Ce ne sont pourtant pas des vues en passant mais de véritables saisies à l’arrêt, face au motif. Sous leurs aspects descriptifs, ces textes courts qui composent les stations de ces cinq marches sont plus que des constats, mais de subtiles images en puzzle d’un urbanisme tout à la fois constitué de bâtiments, de perspectives, de mobiliers éclectiques, de gestes (en creux) de leurs usagers et des lumières qui les dessinent.

 

Je me demande d’ailleurs comment il est possible que, sans jamais avoir vu ces lieux, ils me semblent pourtant les reconnaître.

 

En lisant ces cinq parcours, j’ai repensé au travail que j’avais commencé sur les calvaires le long des routes de Haute-Marne. Je me dis qu'il faudrait reprendre ces photographies et rédiger enfin les notes qui étaient prévues... On a jamais fini!

Publié dans (en) voie

Commenter cet article