cliché 20

Publié le par ap

28


Le sapin est illuminé, mais ces guirlandes ne sont plus les siennes. Elles débordent le petit triangle de l’arbre et bavent, de droite et de gauche sur les personnes et le décor de la pièce en une série de lignes lumineuses qui rayent horizontalement la scène. Perforation et incandescence.

Celui qui cherchait à retenir le souvenir de l’instant heureux de cette fête brouille donc involontairement son sujet par une double prise de vue : l’une, sans doute réalisée avec un long temps d’exposition, étant superposée à la seconde.



Comme d’autres, contenues dans ce livre (photo trouvée), celle-ci appartient encore à une mémoire collective des images ratées, des actes manqués. Nous assistons donc à un irrévocablement perdu, ici au pied de la lettre, car il est aisé d’imaginer que cette image n’aura pas rejoint l’album de famille où elle était censée trouver sa place entre les photographies de baptêmes, communions et autres noces

Publié dans notes sur clichés

Commenter cet article