cliché 8

Publié le par ap


12

La soupente peinte en bleu, rue de Clignancourt. Une étuve en plein mois de juillet. Le linge qui sèche dans la douche. La table couverte d’une toile cirée à fleur. Le lit dans la pièce attenante à la cuisine.

Quinze jours à éplucher des livres dans des bibliothèques vides, à faire des images dans les bouches du métro, à remplir des carnets de croquis, à flâner, le soir, sur les quais de Seine pour emmagasiner la fraîcheur. Les nuits à repousser les draps.

Et les cages aux canaris alignées sous le chien assis.

Publié dans notes sur clichés

Commenter cet article