clichés

Publié le par ap


1

Endormie,

la tête sur le coude replié,

posé sur nappe

de la table du séjour,

une fin d’après-midi.

2

La tête légèrement basculée

en arrière,

nichée dans le repli du bras,

abandonnée

au sommeil de l’enfance,

sur la plage fleurie


3

La première image a quelque chose de l’ambiance des peintures de P. Bonnard au Cannet, sans doute cela est-il du à la fois au cadrage qui met en amorce le plan flou de la table, à l’époque ainsi qu’au sujet à la fois tranquille et grave.

Cette enfant dort elle ? Fait-elle semblant ? Bien sûr, on ne peut que penser  à Alice photographiée par Lewis Carroll (surtout pour le sommeil et les images qui viennent, à sa suite, construire cette succession de rêves éveillés…). Le temps y est suspendu (en flottaison) entre l’ombre et la lumière. Suspendu comme un le tic du tac de l’horloge, et le pas feutré des patins. Ça sent l’encaustique et le biscuit sec au fond de la boîte en fer blanc… Peut-être aussi la madeleine retrouvée.


Publié dans notes sur clichés

Commenter cet article