Désirs (ronds d’elle)

Publié le par Une

(En attendant les hirondelles ...)

 

René chéri,

Quel hasard! Quelle surprise! Alitée depuis mercredi à cause de la dernière offensive, j'avais perdu tout espoir. J'ai fait venir monsieur le curé, pour toi ou pour moi, je ne sais plus. Tes nouvelles me transportent. Quel jour sommes-nous? Je déraisonne encore. Mado a installé mon lit à la cave pour être avec les enfants. J'ai perdu toute notion du temps. La nuit qui n'en finit pas. Le froid. Je suis si fatiguée. Terreur de cette affreuse nuit, les bras rompus, les yeux consumés. C'est là, repliée sur moi-même que j'entends le souffle de ta voix dans mon cou ranimer mes rêves éteints. La radio annonce de nouveaux assauts foudroyants. J'ai si peur. Cette fois, je crains pour la ferme. J'avais tant pris soin de vider le grenier pour la nouvelle chambre. J'ai aussi coupé mes cheveux pour 9 francs. Mais, j'attends davantage de moi avant ton retour.

Ton doux visage me manque

Prends soin de toi mon amour

                                               ta femme Margot

L’insouciance (fragments) - Planche

[Une en réponse au courrier de René l’insouciance (fragment 3)]

Publié dans (en) voie

Commenter cet article