L'insouciance (fragment 4)

Publié le par ap

Les arbres défilent sur le pare-brise. L'air s'engouffre dans les cheveux. Elle respire à grandes goulées en chassant ses mèches : la ville est derrière.
L'ombre des sous bois, bientôt la fraîcheur, puis la contre allée parsemée de flaques de lumière. Elle marche maintenant sur le sentier de terre en balançant ses bras. Plus loin, les enfants jouent à chat perché sur de vieilles vielles souches qui bordent l'orée de la forêt. On est en mai ou en avril peut-être. Elle a franchi le fossé en se tenant aux branchages couchés dans l’herbe. Elle est dans le sous bois, se penche, ramasse quelque chose (une fleur, un bout de bois? De loin c'est difficile à voir). Elle avance en tournant autour des troncs, les effleure de la main, tourne autour en levant les yeux vers la cime. Le plafond vert tremble. Elle ne veut pas trop s'enfoncer sous les frondaisons, par précaution pour ses vêtements peut-être, mais aussi …  "parce qu'elle ne tient pas trop à rencontrer le loup" (cette idée lui tire un sourire). Elle avance en écartant les branches basses. Assise sur un tronc d’arbre couché, non loin d'une pile de branches empilées, elle regarde autour d'elle en prenant son temps.

Elle entend les voix des enfants qui rebondissent jusqu’à elle. Elle sort un livre de sa veste et commence tourner les pages. Plus tard elle est allongée sur le tronc, le livre pend au bout de son bras, l’autre bras replié sur son visage.Elle dort peut-être.?
-  Sylvie tu dors?
Elle lève le bras, tourne la tête en direction de Marc, lui adresse un sourire. 

- … je rêvasse, comme disait maman… J’ai fini le livre… où sont les enfants?
- Ils font une cabane, par là… mais c’est bientôt l’heure d’y aller …si on veut pas se faire coincer dans les embouteillages… et puis moi, tu sais, au bout d’un moment je m’emmerde en forêt! Le silence m’inquiète… et tout ce vert…
- Je sais, mais tu m’as épousé quand même…
- ….Je ne vois pas le rapport?! Allez viens, on y va…
- Tu veux dire "on y retourne".


[ fragment en boucle d'un coin de rue vu depuis une voiture -  montage alterné : Sylvie en contre plongée qui tourne sur elle-même, sous les arbres (flou) - noir en cut] + voix off :

" parce  que... deux ...complètement... réussi... moitié... puisqu'... invisibles... herbe... Ils avaient... il pouvait... venant... sang ...mur ... et mêmes ... son visage...  si près ... quoique ... seins ... taches ... bouche ... crépuscule ...  Il aurait ... courant ... rose ... canon ... ayant ... course... course..."

 

 > L’insouciance (fragments) - Planche sur étaton.com 

 

Commenter cet article