Le tableau est fini quand l'idée a disparu

Publié le par ap

 

 

 

"Il y a des gens qui disent: "Que représente votre tableau? Quoi? Il y a une pomme, c'est entendu, il y a ... je ne sais pas...Ah! : une assiette; à côté... Ces gens là ont l'air d'ignorer totalement que ce qui est entre la pomme et l'assiette se peint aussi.
Pour moi (...) le tableau est fini quand l'idée a disparu. Pour peindre on part d'une idée motrice. Tout se passe dans la tête avant de se passer sous les yeux. C'est une idée qui se manifeste n'est-ce pas? Mais, en cours d'exécution, le tableau s'affirme. Il y a lutte entre l'idée -c'est à dire la tableau préconçu- et le tableau qui se défend lui-même. Il m'est arrivé de constater une chose: en faisant le tableau je m'arrêtais -ni satisfait, ni mécontent d'ailleurs- je mettais ce tableau de côté, et six mois après, en le regardant, je trouvais que ce tableau était terminé: il s'était fait tout seul!"

Georges Braque (cité par Les pas Perdus)

 

 

 

 

 

(Août 2009, Cult)

Publié dans atelier

Commenter cet article