Ainsi, des astres...

Publié le par ap



"   Quant au fou, il les contemple en état de repos, suspendu dans les airs. Le jour, il admire le soleil qui réchauffe la terre sablonneuse du plateau où il cultive. Et la nuit il admire encore le soleil dont il voit le reflet sur la lune, chaud, mou et agité.
    
     Nous n'agissons pas, nous sommes agités, affirme le fou dans son hamac.
    
     Puis il passe à la bette, dans l'abondance générale. Ses feuilles élevées sur haut pétiole étouffent les carottes, ses voisines dont la racine fourche et trifourche et que ronge le rat, le rat qui ronge la racine, la racine de l'arbre en fleurs, bref il faut agiter l'outil, cracher, suer et s'instruire."

Eugène Savitzkaya, Fou trop poli, Les Editions de Minuit, 2005. (P.28)


Publié dans livres

Commenter cet article