And listen

Publié le par lili (pour ap)


« And listen to it, I never know, I don't know and I will never know if it's a diamon or a coin"
 


 « Et écoutons-le, je n'ai jamais su, je ne sais pas et je ne saurai jamais si c'est un diamant ou une pièce »

Publié dans (en) voie

Commenter cet article

Lili 10/05/2008 08:23

M.D. en fait la démonstration : un bruit se crée...En croisant le titre With hidden noise que mon anglais de base traduirait par Avec bruit caché me fait réfléchir à la contradiction qu'ici, ce n'est pas le bruit qui est caché mais l'objet générateur de bruit.Mais noise peut aussi se traduire par son et gardons secret pour hidden et alors With hidden noise devient Avec son secret...Avec son secret donc, pour parler du secret d'Arensberg et celui de la pelote de ficelle par extension.D'où le secret de jolie ficelle ! CQFD.

ap 10/05/2008 02:34


Aux arts sont nécessités : l'hameçon sans fil comme
l'aiguille perce le tympan. Un ton donné (de l'idée duchampeigne - à moustache -) : 1 - le mat lisse
s'insinue 2 - les clés du champ sondent en l'urne…
(ps : l’habit secret de Gilles sont d’aigres lots)

espace-holbein 09/05/2008 23:21

http://espace-holbein.over-blog.org/archive-10-6-2007.html

Li (Bi - quoique bataire) 09/05/2008 19:29

Le premier numéro de la revue "Etant donné Marcel Duchamp" (premier semestre 1999) lançait un jeu (p.148) : Quel est l'objet inconnu de tous, à commencer par Duchamp lui-même, grelottant entre les plaques de laiton du ready-made "À bruit secret" ? Il était précisé que la revue "Etant donné" "s'emploiera à soumettre la pelote de ficelle labyrinthique à une radiographie qui permettra le diagnostic irréfutable".En page 196 de "Etant donné n°2" (second semestre 1999), figure la réponse au jeu du précédent numéro. Elle est attribuée à Joël Gilles de Binche (Belgique), qui dit : "La vérité est qu'il n'y a pas d'objet, Walter n'y a caché que le bruit". L'article se termine par la phrase suivante : "Les clichés radiographiques de la pelote de ficelle labyrinthique ont été soumis aux services spécialisés de la police qui, dans l'état actuel des faits, confirment cette hypothèse".