Le désir en attente

Publié le par ap

Un rectangle sombre. Noir. Un rectangle couché. Noir et blanc. Une chambre sombre. Un corps couché. Blanc. Un corps  de femme allongé, sur un lit, sur les draps blancs d’un lit. Blanc et noir. Une chambre dans la pénombre, éclairée par un drap blanc. Eclairée par une lumière zénithale tombant sur le drap. Unn corps basculé sur ce lit. Corps blanc, couché sur le dos. Blanc sur blanc, couché éclairé. Corps repoussé de l’ombre par la blancheur matte du drap. Corps nu d’une femme couchée, chavirée, renversée par le cadrage obique. Nu blanc, sur blanc sur noir. Dans cette chambre noire, ce corps abandonné, aux gestes détachés, relâchés. Nu blanchi, sous la lumière. Nu en attente. Pièce en attente. Lumière suspendue, venant du dessus, d’en haut. Corps nu d’une jeune femme posée sur le drap blanc d’un lit, bras replié sur l’épaule. Main ramenée sur l’épaule, ventre offert, jambes croisées, un pied posé au sol. Sol rayé. Motif à rayure d’un tapis, au sol. Motifs en oblique rayant le noir. Vêtements au sol. Un tas, aux pieds du corps de la femme. Sous ses pieds. Tissus froissés, en boule, négligemment abandonnés. Retirés, tombés. Draps froissés, portant l’arc du corps dans l’oblique du cadre. Corps surpris en attente de l’image, en attente du désir révélé de l’image. Blanc sur noir, le désir encore, après l’amour… peut-être !. Avant ou après. Le désir encore, le regard aimanté par ce triangle noir sur blanc. Aimanté par ce triangle noir trouant le blanc du corps. Et le pli du drap qui, soudain, relance le désir.

undefined(sur une photographie de Charles Nègre. Nu allongé sur un lit- vers 1850)
 

Publié dans brèves vues

Commenter cet article