L'angora de Bob (compléments 3)

Publié le par ap

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Ceci n'est pas une chèvre

Plusieurs critiques ont évoqué le caractère religieux (voire christique) de Monogram. La dernière interprétation en date est celle d’un certain Kenneth Bendiner enseignant en histoire de l’art à l’Université du Wisconsin Milwaukee. On trouvera ici l’analyse intégrale (en anglais). Bendiner appuie essentiellement sa thèse à partir d’une peinture de William Holman Hunt, The Scapegoast, datant de 1855, qui représente une chèvre au bord d’un lac salé, dans un paysage désertique.

undefined

William Holman Hunt  “The Scapegoat”, 1854-55

Selon l’auteur, la chèvre de Hunt, qui illustre un ancien rituel judaïque, peut être interprétée comme une figure sacrificielle (celle du bouc émissaire) et donc comme celle de la mort du Christ.

undefined

Ayant précisé par avance que Rauschenberg aurait pu prendre connaissance de cette peinture en lisant un article du catalogue de l’Exposition "Les Maîtres de la Peinture Anglaise 1800-1950", organisée au musée d’art moderne de New York en 1955, Bendiner procède à un examen attentif des différents éléments figurant dans Monogram établissant une comparaison quasi systématique avec le tableau de Hunt.

Si certaines observations sont judicieuses et relativement bien documentées, l’interprétation qu’il fait de l’œuvre de Rauschenberg irait, par des jeux d’analogies formelles et d’équivalences symboliques, dans le sens d’un double hommage : le premier étant adressé à la peinture anglaise du 19e siècle, et le second témoignant d'une empathie profonde et sincère avec la religion chrétienne.

La proposition me semble un peu trop littérale, pourtant, si tel est le cas, il se peut fort que cette transposition ne se soit pas faite en faveur, mais bien plutôt en opposition, en réaction, à cette imagerie victorienne un peu compassée ainsi qu’à la croyance naïve et archaïque qu’elle est sensée véhiculer.  


Dans un tout autre registre, d’autres observateurs, de l’œuvre de Rauschenberg, Adam Brook et Robert Hugues ont souligné le caractère érotique des Combines de Rauschenberg.
 

undefinedRobert Rauschenberg Small red painting, 1954

Adams Brook relève ainsi les nombreuses allusions présentes dès les premières Red painting. A propos de l’une d’elles, Small Red Painting, datant de 1954  il remarque que la confrontation d’une pin up et d’un nu masculin (emprunté à Michel Ange) se trouvent inscrit sous un ticket de train de banlieue au nom de Cy Twombly. Il précise « Que Rauschenberg, dès 1954, mette en allégorie une homosexualité qui commençait à se révéler et l’historicise (le ticket de train) parait clair. Le nu de Michel-Ange aurait été, en réalité, une présentation codée de l’homosexualité à l’intention de l’Amérique refoulée des années 50. Dans une sorte d’invitation au voyage, la présence du ticket montre tout le trajet que devaient faire Twombly et Rauschenberg pour vivre sans problème leur sexualité ». Ce voyage, Rauschenberg et Twombly l’effectueront bien plus loin que la banlieue de New York, réalisant ensemble, entre 1952 et 1953, un séjour en Europe et en Afrique du Nord.

Robert Hughes insiste, lui aussi, sur l’implicite homosexuel de Monogram. Il suggère ainsi que la chèvre passée dans un pneu serait une sorte métaphore d’un coït anal.

undefinedRobert Rrauschenberg  "Cy Twombly, Rome", 1952

On comprendra donc aisément que la seule interprétation christique de Kenneth Bendiner s’accorde assez mal avec un choix de vie qui ne correspondait guère à la morale d’une société puritaine et pudibonde.

[...]

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Publié dans peinture

Commenter cet article