L'angora de Bob (compléments 1)

Publié le par ap

 

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

Polyvalent


"La vrai question concernant Monogram, me précise un lecteur, ce serait de savoir comment Rauschenberg s'y est pris pour enfiler le pneu autour du corps de la chèvre".

La réponse se trouve dans un film en super 8 de Alberta Mayo, réalisé lors de l'installation d’une exposition au Musée d'art contemporain de San Francisco, en 1977, que l'on peut visualiser ici.

 

En regardant ce document d'archive on comprend que la Combine de Rauschenberg est totalement démontable et ce, sans doute, essentiellement pour des raisons de transport ou de stockage. L’option d'une oeuvre démontable n'est pas sans rappeler deux choses différentes. D’une part, le principe de l’habitat américain, en kit, qui participât considérablement à la conquête du territoire et, d’autre part, celui des retables portatifs qui, succédant aux ensembles monumentaux des retables d’autels, exprimaient une nouvelle forme de religiosité. Il suffit d’observer les gestes précautionneux des personnes du musée qui s’affèrent autour du montage de Monogram pour comprendre que cet objet, constitué pour grande part de rebus, est devenu, par son statut d’œuvre d’art, une sorte de relique.

On pourrait avancer en ce sens que Monogram est, dans sa forme autant que dans sa signification, une sorte d’anti retable, jouant en tous points des renversements de codes ou de valeurs.

Horizontal là où le retable est d’abord une construction verticale (hiératique), il en récupère cependant le dispositif (décor peint ou sculpté). Composé de deux panneaux fixes, reliés par des charnières, il ne s’ouvre pourtant pas pour donner à voir la relique puisque celle-ci est d’emblée visible.

Sachant, par ailleurs, que les sujets mêmes des retables (ou plus anciennement des châsses) utilisaient dans leur iconographie les scènes des Mystères et la mise en scène de leurs révélations occasionnelles aux fidèles, la mise à nue assumée du trésor (la chèvre angora) indique que Rauschenberg s’est employé à mettre ici en œuvre tous ces processus à contre courant ou à contre emploi.

Parodiant les formes, jusque dans la prédelle des empreintes de pied, ou la trace des reliques vestimentaires et sociales, l’oeuvre n’en conserve pas moins des parts d’ombres ou, précisément, de mystère.

[...]

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11

Publié dans peinture

Commenter cet article