L'angora de Bob (5)

Publié le par ap

02-07-1.jpg

Robert Rauschenberg « transfert ® », 1965

Un monogramme est un entrelacement de plusieurs lettres en un seul caractère, un dessin réunissant plusieurs lettres en un seul signe. Il sert à signer, à marquer un sceau ou différents objets appartenant au propriétaire de ce monogramme.
Le chrisme est sans doute en occident, le monogramme le plus connu. Ce symbole chrétien formé des deux lettres grecques apposée (Χ et P) qui sont les premières lettres du mot Χριστός (Christ). Cette figure est souvent accompagnée des lettres α (alpha) et ω (oméga), celles-ci symbolisant le commencement et la fin de tout.

02-07-1.jpg

« Je suis l'alpha et l'oméga (dit le Seigneur), celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant. […] Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin. » (Apocalypse 1:8 et 22 :13) 

Il arrive aussi que ce monogramme soit associé à la figure de l’agneau (Agnus Dei), lequel fait référence à la figure du Christ dans son rôle de « victime sacrificielle, vouée à expier les péchés du monde ».

02-07-1.jpg

Le titre de l’œuvre (Monogram) associé à l’animal, dont le pneu évoque la forme d’une auréole, aurait pu justifier le rapprochement avec la figure christique. Cependant ici, ne l’oublions pas, il s’agit ici d’une chèvre angora et non d’un agneau.

02-07-1.jpg

Si il est donc possible que Rauschenberg se soit amusé à jouer sur ce glissement des éléments iconographiques, surtout si l’on songe à l’erreur initiale qui marque l’histoire de cette chèvre, il est encore plus probable que, de façon plus générale, ce montage un peu grotesque (et iconoclaste) soit plutôt une sorte d’icône sarcastique, dont la figure caprine, cerclée d’un anneau noir, convoque par ricochets le personnage satanique de quelques fêtes païennes. C'est en tous cas l'interprétation qu'en feront certains observateurs.

02-07-1.jpg

Francesco Goya – « Le sabbat des sorcières », 1798

02-07-1.jpg

« Le chevauchement de la chèvre » gravure de 1871

Si cela était, l’allusion à ce personnage maléfique, cet ange déchu, pourrait se trouver, d’une certaine manière, sous l'image de cet aviateur dont l'ombre se projette au sol, (à compter, bien entendu, qu'il s'agisse bien d'un aviateur!) ... 

02-07-1.jpg
On remarquera, par contre, à propos de cette image, deux autres choses. La première est le jeu du double et de l’apparence, produit par l’ombre (l’objet et son image : idée qui fondent la notion de représentation en occident). La seconde, est le rapport horizontal / vertical (plateau / chèvre) qui définit, en quelque sorte, les deux axes du regard de Monogram : vu en plongé, ce personnage, bras détachés du corps, mains sur les hanches, qui nous regarde, ressemble d’ailleurs à une sorte de dessin contenant les deux R (en symétrie), initiales du nom de l’artiste, lettres dont on retrouve aussi l'écho dans la composition, sous forme de bribes.

02-07-1.jpg

Ceci étant, en relisant la biographie de l’artiste, on apprend qu’en réalité Robert n’est pas le vrai prénom de Rauschenberg. Né Milton Ernest, il se choisira d’abord le diminutif de Bob dans les années 40 avant d’officialiser le prénom Robert dans les années 60. Ce changement, au demeurant anecdotique, tient pourtant, à bien y réfléchir, lui aussi du collage ou de la Combine, ainsi, on peut imaginer que Monogram est la confirmation de cette nouvelle identité d’artiste  que, dès lors, il assumera pleinement.

02-07-1.jpg

Robert Rauschenberg « Polar Glut », 1987

[...]

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7

 

Publié dans peinture

Commenter cet article