Le pourpoint en rouge (4)

Publié le par ap

 

1 - 2 - 3 - 4


110206-barleduc.jpg

L’homme au pourpoint rouge avait 28 ans en 1646, il était donc né en 1518. En faisant le tour des différents gentilshommes ayant accédé au titre de Chevalier de la Jarretière, à cet âge là, il m’a semblé que le conte de Surrey, Henry Howard (1517-1547) pouvait être celui là.

Pourtant les premiers portraits que j’ai croisé de Henry Howard, tout trois de la main de Hans Holbein, le présentait plus jeune et donc pas très ressemblant à celui de l’homme au pourpoint rouge.

110206-barleduc.jpg110206-barleduc.jpg

H.Holbein « Henry Howard », 1533

110206-barleduc.jpg

H.Holbein « Henry Howard », 1540


D’autres personnalités de cette époque auraient pu, par l’apparence, convenir davantage, ainsi par exemple William Paget (1505-1563), Henry Fitzalan (1511-1580) ou Thomas Boylen (1477- 1539) ou encore William Reskimer (1515-1564).

110206-barleduc.jpg

Maître de Stätthalterin  “William Paget”, 1549  

110206-barleduc.jpg

Hans Eworth « Henry Fitzalan » 1545

110206-barleduc.jpgHans Holbein “Thomas Bolyen” 1532


Pour les deux premiers, W.Paget et H. Fitzlan, ils était trop âgé en 1546 (44 et 35 ans), le troisième T.Boylen était déjà mort…

 

110206-barleduc.jpg110206-barleduc.jpg

Hans Holbein William Reskimer (1532)

Quant à  W. Reskimer, sa biographie succincte nous apprend qu’il devint en 1546 l’intendant en chef du palais de Henry VIII. Si le critère d’âge est plus probable et que l’évènement de sa nouvelle fonction méritait sans doute un portrait, rien pourtant dans ce portrait d’Holbein, ni par le costume ni par les attributs, ne le rapproche du portrait flamboyant de Hans Eworth.

« Mais qu’est-ce que vous regardez comme ça ?», m’a demandé, au bout d’un long moment, l’un des deux gardiens qui était resté pour me tenir compagnie. J’ai décelé dans sa voix une pointe d’agacement mêlée de curiosité.

Si je lui avait répondu « Je m’intéresse aux bagues », ne m’’aurait-il pas soupçonné de vouloir les voler ?




110206-barleduc.jpg
Henry Howard, Conte de Surrey fut un homme politique et poète. Il reçut son titre par courtoisie en 1524, lorsque son père devint duc de Norfolk. H.Howard prit part à la guerre contre l'Écosse en 1542 puis,  en 1543, combattit dans les Flandres avec l'armée anglaise aux côtés de l'empereur Charles Quint, qui essayait de conquérir les Pays-Bas. En 1545 et 1546, il fut gouverneur de la garnison de Boulogne.


110206-barleduc.jpg

Sarah Countess of Essex  (1766-1838), Henry Howard, d’après "Memoirs of the Court of Queen Elizabeth"


D'un tempérament vif et querelleur, il se fit beaucoup d'ennemis et fut emprisonné plusieurs fois pour mauvaise conduite. Arrêté avec son père sous de fausses accusations de trahison, il fut condamné à mort et décapité en 1547.

110206-barleduc.jpg

Peintre inconnu « Henry Howard », 1947

 

Bien que n'étant pas fondamentalement un homme de lettres, Howard enrichit considérablement la littérature anglaise en introduisant de nouvelles formes poétiques. Ses poèmes d'amour, comme ceux de son contemporain sir Thomas Wyatt, montrent l'influence de modèles italiens. Tous deux sont à l'origine de la forme anglaise du sonnet (trois quatrains et un distique final). La traduction d'Howard des deuxième et troisième livres de l'Énéide de Virgile en vers non rimés de cinq ïambes utilise cette forme métrique pour la première fois en anglais. Quarante de ses poèmes furent imprimés après sa mort en 1557 dans « Songes et Sonnets »  et la même année parurent ses traductions de Virgile.
(Sources Encarta)

110206-barleduc.jpg

Henry Howard me semble donc, selon toute vraisemblance, être le nom de ce gentilhomme anglais présent au musée de Besançon.

110206-barleduc.jpgHans Eworth « Gentilhomme Anglais », 1546

Son portrait en habit rouge correspondant assez bien à son titre de chevalier et sa main sur la garde de l’épée à sa fonction de gouverneur de Boulogne. L’autre main, posée sur le crâne, prend elle aussi tout sens lorsque l’on sait que à cette époque il traduisait Virgile (poète Romain) comme St Jérôme dans son cabinet traduisait la bible en latin. Quand au lion qui accompagnait St Jérôme, et qui pourtant est apparemment absent de la peinture, il se trouve pourtant matérialisé par le blason de l’Angleterre, le quel est précisément figuré sur la chevalière du gentilhomme.

110206-barleduc.jpg

1 - 2 - 3 - 4

 

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

Grand Méchant Loup 05/11/2007 21:31

Coucou !Très sympathique ton blog ! J'adore continue !A bientôt !