De chair et de couleur (Francis Bacon)

Publié le par ap

Je viens d’évoquer le travail de Francis Bacon, notamment à propos de sa série de Papes, et sans doute trop brièvement.

Je veux dire ici à quel point la rencontre avec la peinture de cet artiste anglais, bien avant ma rencontre avec la personne, a été déterminante dans mon propre cheminement. J’ai croisé pour la première fois les travaux de F.Bacon dans une revue, Opus international  dont le n° 68 lui était consacré. A part la couverture présentant un autoportrait de 1973, l’ensemble des reproductions y était, si mes souvenirs sont bons, en noir et blanc.  Je note cela parce que ce n’est que lors de la rétrospective de la Tate Galery, à Londres, que j’ai pris la pleine mesure des couleurs dans les peintures de F.Bacon. Entre temps bien sûr j’avais lu à peu près tout ce qu’il était possible de trouver sur ce travail, des entretiens de David Sylvester, aux textes de Michel Leiris ou de Jacques Dupin en passant par la formidable analyse de Gilles Deleuze. Tous parlaient de l’importance de la couleur mais je n’aurais jamais imaginé à quel point les roses fuchsia, les oranges ou les bleus qui composaient les fonds unis de certains tableaux étaient à ce point intenses. Devant ces peintures l’intensité des pigments relevait de la pure décharge électrique.

Je ne saurais dire exactement (même encore aujourd’hui) ce qui m’a d’emblée attiré dans ces peintures de Bacon et que je n’ai pas reconnu chez d’autres peintres que l’on disait pourtant proches de ses préoccupations, comme par exemple Rustin Vélickovic ou Reyberolle, car ce n’est pas à proprement parlé le sujet (l’ambiance) ou l’effet de distorsion de la figure par l’épanchement de la matière qui s’imposait à mon regard. D’ailleurs, ce n’était pas qu’un problème de regard (de vue) mais bien davantage une sorte d’évidence ou de familiarité, quelque chose que je reconnaissais pour l’avoir toujours ressenti, quelque chose de décidément là.

Les corps peints par F. Bacon ont une densité particulière qui n’est ni vraiment dessinée, ni vraiment surfacée et qui ne procède pas d’un remplissage. C’est une concrétion de coups de brosse, une trame, ou un tressage si l’on veut, qui brasse la pâte et la condense.

Ces corps peints sont le résultat d’une succession de coups (d’où le côté cabossé), dont les directions multiples, les effacements ou les recouvrements nouent la figure. Tout prend naissance dans le choc de ses élans contraires, contrariés. Ici encore c’est l’équivalent d’un électrochoc qui restitue la carnation dans sa lumière et dans son épaisseur.

Cette densité de la chair n’est pourtant pas opaque (rarement en tous cas) mais lumineuse, presque nacrée. Bien entendu, ce que je dis là ne vaut pas pour tous les tableaux, car il arrive que le dépôt de pigments soit plus ou moins dense et qu’il atteigne l’aspect crayeux.

C’est sans doute cette masse des corps dépliés, enroulés, noués, retaillés par le tranchant coloré (ou sombre) des fonds qui est à mes yeux le plus émouvant.

[…]

Publié dans Réplique(s)

Commenter cet article