Bazille suite (complément d’enquête 1)

Publié le par ap

Dans un précédent article de mai 2007, m’étant lancé à la recherche des toiles non identifiées par J.C. Bourdais dans sa propre enquête, j’avais à mon tour laissé en suspend plusieurs toiles.

bouquet-mur.jpg

La première d’entre elles est cette nature morte qui se trouve au-dessus du portrait de Edmond Maire assis au piano et dont J.C. Bourdais dans son article nous dit que « selon plusieurs sources […] il s'agit d'une " copie des Oiseaux et fruits de Monet " mais que le problème est qu’il n’a pas pu trouver « dans les listes des tableaux connus de Monet, une toile portant ce titre. De plus, ce tableau doit avoir été peint avant 1870. Or, avant cette date on trouve de Monet bien sûr des natures mortes mais pas tant que cela, et aucune ne ressemblant en tout cas à ce qu'a peint Bazille. De plus, Monet n'avait peint alors comme oiseaux, quasiment que des faisans. » Bourdais ajoute : « En regardant bien, ce tableau n'est pas tendu sur un châssis, c'est une simple toile sommairement repliée. […] À mon avis, c'est donc peut-être un petit tableau que Bazille avait acheté à Monet dans son atelier parce que Monet l'avait enlevé de son châssis pour retendre une autre toile dessus […]. Ce tableau en tout cas, s'il a existé a disparu, tel quel.
 

Je pense donc que ce n'est pas une reproduction mais une composition de Bazille, rapidement faite, pour faire hommage à son ami […]. Il pouvait l'avoir peinte ayant en tête Poires et raisins de Monet de 67 (où on retrouve, inversées, trois poires jaunes et une orangée dans un compotier, et sur la table deux pommes)… » 

Cette dernière hypothèse, sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une reproduction d’un tableau existant, mais plus probablement d’une composition de Bazille, même  inspirée par l’œuvre d’un autre peintre, me semble être, de loin, la piste la plus plausible.

 Par contre je ne pense pas, pour ma part, qu’il s’agisse de Monet mais plus vraisemblablement de Manet.

 

 
Ce qui oriente cette proposition me vient d’une part du motif de la nappe blanche qu’utilisait fréquemment Manet (en référence à la nature morte hollandaise) et, d’autre part, de la masse centrale assez étrange (un peu en forme d’artichaut ?) autour de laquelle s’organisent les autres fruits.


bouquet-mur.jpg

Manet « Fruits sur la table », 1864

bouquet-mur.jpg

Manet « Melon, pêches, coings », 1866

Fantin-Latour utilisa lui aussi des dispositifs similaires dans plusieurs de ses natures mortes...

bouquet-mur.jpgCeci étant, la lumière d’arrière plan qui est plutôt sombre dans l’image de Bazille rappelle davantage l’esprit de Manet, ou peut-être même de Courbet, et par ailleurs, les agencements d’objets chez Fantin-Latour sont souvent tirés à quatre épingles.

bouquet-mur.jpg

Courbet "Pommes et grenades", 1871

En effet, quite à paraître un peu sévère, l’aspect sommaire, voire un peu frustre de la composition, est assez proche de celui de Manet à cette époque – et je ne dirais pas la même chose du citron, des asperges et des derniers bouquets …!- 

Bref, je pensais à Manet mais je ne connaissais pas de motif d’artichaut dans ses peintures. En faisant des croquis je me suis progressivement rendu compte que cette forme pouvait tout aussi bien, malgré sa couleur violacée, être celle d’une brioche.

bouquet-mur.jpg

J’ai donc été regarder du côté de Chardin dont j’ai toujours apprécié la suavité de la touche… Avant de découvrir que Manet a lui aussi peint une brioche, en 1870.

bouquet-mur.jpg

J.B.Siméon Chardin « La brioche », 1765 – Musée du Louvre

 

bouquet-mur.jpg

Manet “La Brioche”,1870 - Metropolitan Museum of Art, New York

bouquet-mur.jpg
L’organisation générale prenant la brioche comme centre de la composition où, de part et d’autre, étaient disposés des fruits, pouvait en effet correspondre, davantage d’ailleurs que par la surcharge du motif – comme une accumulation plutôt qu’une organisation – à la pochade de Bazille. En fait, il me semblait que les deux fruits à gauche étaientt comme ajoutés à la hâte, ceux-ci n’ayant pas la même densité lumineuse que le reste de la composition.

bouquet-mur.jpg

D’ailleurs, en supprimant (par retouche) l’un des deux fruits et en réduisant sensiblement la masse de la coupe de fruit de droite, on se rapproche un peu plus de la toile de Manet.

bouquet-mur.jpg

Si la probabilité de l’utilisation de « La brioche » de Manet (revue et corrigée) plutôt que celle des « Poires et raisins » de Monet me semble la plus probable, c’est aussi qu’elle s’accorde mieux sur le fond à ce que je présumais des relations tendues entre Bazille et Manet… Enfin cela ne reste qu’une interprétation et, à la vérité, ce n’est peut-être pas aussi important que ça en a l’air.

[…]

Publié dans Réplique(s)

Commenter cet article