cliché 59

Publié le par ap

71

C’est d’abord à la célèbre photographie Brassaï montrant Picasso en compagnie de Jean-Paul Sartre et jacques Lacan que j’ai pensé. Pour le flou sur le lévrier afghan se tournant soudainement sur le tapis et celui totalement spectaculaire balayant le visage de Lacan… L’association homme-chien comme ici, sur le bord d’un chemin de campagne, l’un et l’autre disparaissant, fusionnant en un seul corps.

110206-barleduc.jpg

Et puis, finalement, c’est cette reproduction d’une peinture de Francis Bacon qui est venue en vis-à-vis.

J’ai vu cette peinture dans une galerie de Londres en juin 1985, la même année où avait lieu sa rétrospective à la Tate Galerie. Etrange figure unijambiste nouée dans son mouvement, découpée par la lame noire de l’ouverture qu’elle franchit. Corps animal, carnassier à en juger par le rictus qui fend son visage. Orange lumineux, électrique, claquemurant les chairs. On ne sort pas indemne de la rencontre avec la peinture de Bacon.

Je crois que ce qui m’a décidé, en fin de compte, c’est l’étrange similitude du noir entre les jambes des deux figures. Un arc improbable comme découpé aux ciseaux.

Publié dans notes sur clichés

Commenter cet article