Réplique

Publié le par ap

La lecture d’un article de Alain Korkos sur son blog La boite à images, au sujet de l’affiche du film "The good german" (l’ami allemand) - film que je n’ai pas vu - a suscité chez moi quelques réflexions que je livre ici en vrac.

 

La première, et cela m’étonne presque, est qu’il y insiste sur un mode de construction en proposant une interprétation que je cite ici : « La séparation noir-rouge est ordonnancée selon un schéma qui n'est rien d'autre qu'une demi-croix gammée. Avec à gauche les méchants, et à droite les gentils. D'autre part, elle illustre à merveille le titre original, "The good german", en nous affirmant qu'un "mauvais" Allemand de cette époque (l'immédiat après-guerre) se résumerait à une croix gammée, alors qu'un "bon" n'en serait que la moitié. Un de ces Allemands qui ont adhéré au nazisme pour survivre. ».

Ce mode de construction en Z, même s’il est ici retourné, est pourtant un modèle courant de composition dans les affiches puisqu’il permet une lecture rapide (en diagonale, du haut vers le bas) des différents éléments graphiques et textuels.

Pourtant, ici, ce n’est pas ce schéma qui me semble le plus significatif. Si l’opposition entre ce qui serait le bien et le mal est bien notée par le jeux des couleurs rouge et noir, la ligne de séparation (ligne de fracture en éclair) semble diviser (séparer) le couple en noir et blanc. Par ailleurs c’est plutôt le principe de la spirale qui, superposée à ces deux zones, les relie, incluant ainsi la notion de vertige entre le premier plan de droite et l’arrière plan à gauche.

140407-2.jpg

La seconde remarque porte sur le parallèle avec l’affiche du film « Casablanca », ou plutôt l’une des nombreuses réalisées pour ce film. Il est plus qu’évident qu’ici nous nous trouvons dans le domaine de la réplique plutôt que la citation discrète, une façon non dissimulée d’affirmer une volonté de filiation, tout au moins pour des cinéphiles avertis ou des collectionneurs.

Dans celle qui sert de modèle à « The good german » Le personnage de Rick (Humphrey Bogart) fait face au premier plan en brandissant un pistolet automatique, protégeant visiblement Ilsa. (Ingrid Bergman). L’arrière plan (rouge lui aussi) est occupé en médaillon par les autres protagonistes du film. Ici plus que dans l’affiche de « The good german » les personnages semblent graviter dans l’ombre.


140407-2.jpg

 

On notera enfin que Bogart avec son feutre et son imperméable (costume qu’il ne porte qu’à la fin du film) ressemble plus à un détective privé (rôle qui a fait son succès dans un film précédent « le faucon maltais » – qu’à un patron de boite de nuit.

On pourrait donc se demander pourquoi avoir choisi cette version de l’affiche de «Casablanca » comme référence plutôt qu’une autre.

140407-2.jpg

 

L’une des affiches originales de 1942, celle qui est d’ailleurs la plus connue, insiste davantage sur la proximité amoureuse du couple Rick – Ilsa. Il s’agit de photos colorisées des acteurs qui sont posées sur un fond jaune (allusion au sable). On notera l’utilisation de reflets bleus sur les visages et dans les cheveux, évoquant une ambiance nocturne.

 

140407-2.jpg

 

Dans une autre version les personnages principaux sont présentés sous un autre angle (peint cette fois-ci) et les protagonistes (en grisé) sont insérés en guirlande sur la partie droite.


140407-2.jpg

 

L’affiche pour le public français reprend, quant à elle, le motif de l’affiche américaine en peinture, mais, la découpe ombrée des deux visages, unis de façon à constituer un cœur, y est renforcée. Elle correspond au côté romance du film et n’évoque en rien le contexte.

 
Plus complexes (plus narratives aussi) dans leurs structures, par l’ajout de la dimension géographique ou historique, ces autres affiches permettent ainsi de contextualiser en partie l’histoire.

140407-2.jpg

Chez l’une c'est l’utilisation d’un jeu des vignettes rappelant presque la disposition d’un journal ou des documents d’archives.

140407-2.jpg

chez d’autres, ce sera par la présence d’une silhouette de l’Afrique…

140407-2.jpg

ou encore par le jeu de découpe du cadre évoquant l’arc d’une architecture orientale.

140407-2.jpg


D’autres version, plus ou moins tardives (ici respectivement des affiches pour un public Italien et Allemand) mettront d’avantage en avant le visage de Ingrid Bergman, insistant aussi sur l’aspect exotique (suggéré par le titre) par la présence du fumeur de narguilé assis au premier plan, ou celle des chéchias…

 

140407-2.jpg

140407-2.jpg

140407-2.jpg


___________________

Ah damnaide ! J'aurais dû enchaîner sur un billet à propos des différentes affiches de "Casablanca " ;-) Mais j'me suis fait coincer par le 1er mai…
Juste une petite erreur, sans conséquence : l'affiche signalée comme étant réservée au public français est en réalité une affichette belge, destinée à être placardée à l'entrée des cinémas.

En voici un exemplaire avec, en bas à droite, le timbre-taxe obligatoire à l'époque.
Ces affichettes des années 40-50 ont été abondamment reprises en posters à partir des années 80-90.

Leur taille originale est, le plus souvent, de 37x30 cm.

______________________

Merci, KA pour ces précisions. Désolé pour "l’herbe coupée" , mais comme je ne pense pas avoir fait un travail exhaustif sur cette déclinaison d’affiches, je vous fais confiance pour affiner encore notre optique.

De : ap

_______________________

Publié dans Réplique(s)

Commenter cet article

René Joseph 17/02/2012 12:21



KA 01/05/2007 18:41

Ah damnaide ! J'aurais dû enchaîner sur un billet à propos des différentes affiches de "Casablanca " ;-) Mais j'me suis fait coincer par le 1er mai…
Juste une petite erreur, sans conséquence : l'affiche signalée comme étant réservée au public français est en réalité une affichette belge, destinée à être placardée à l'entrée des cinémas. En voici un exemplaire avec, en bas à droite, le timbre-taxe obligatoire à l'époque.
Ces affichettes des années 40-50 ont été abondamment reprises en posters à partir des années 80-90. Leur taille originale est, le plus souvent, de 37x30 cm.

ap 01/05/2007 19:04

Merci, KA pour ces précisions. Désolé pour "l’herbe coupée" , mais comme je ne pense pas avoir fait un travail exhaustif sur cette déclinaison d’affiches, je vous fais confiance pour affiner encore notre optique.ap