"oublier peut-être, quant à pardonner..." (Papa est en voyage d'affaire)

Publié le par ap

Posé sur un bureau, dans une pièce sombre, un ventilateur qui tourne lentement brassant, un air lourd… de conséquences.

 

etoile.jpg

etoile.jpg


On ne badine pas avec la propagande communiste dans la Yougoslavie des années 50. Tout au moins, c’est le prétexte que trouve Zijo, membre de la police politiquepour éloigner Meša, son beau-frère, de sa maîtresse, Ankica, sa future compagne.

 

Deux ans « d’éloignement » c’est donc le prix à payer. A Malik, le fils cadet, on se contentera de dire que « papa est en voyage d’affaire ».

 

Meša est envoyé dans un camp de travail. Sa femme et ses deux enfants, restés à Sarajevo, attendent plusieurs mois avant de pouvoir d’obtenir de ses nouvelles et de pouvoir le rejoindre. Les temps sont difficiles mais la vie continue.

 

Pourtant, plutôt qu’un film à thèses, ce récit, d’une écriture assez classique, n’en est pas moins d’une grande finesse d’analyse quant aux rapports multiples et complexes qu’il existe au sein d’une famille, que ceux-ci soient dues à des raisons politiques ou sociales, ou plus simplement à des raisons très humaines.

 

« Papa est en voyage d’affaire », premier long métrage d'Emir Kusturica, a reçu en 85 la palme d'or au festival de Cannes présidé par Milos Forman et l’on peut comprendre que le réalisateur de « L’as de pique » et de « Les amours d’une blonde » ait été sensible au regard lucide et tendre que Kusturica porte à ses personnages, à la magie de certaines scènes aussi, où la violence, l’amour, le mensonge, la vengeance et l’humour se succèdent sans manichéisme.


Lire aussi : cet article de Nicolas Renaud dans Hors Champ

Publié dans films

Commenter cet article